Pau : les prostituées Sandra et Dadou condamnées à quatre mois de prison avec sursis


[Contrôle URSSAF] : qui est contrôlé et sur quelle base l'URSSAF redresse -t-elle ?


Les deux femmes étaient poursuivies pour n'avoir pas déclaré les revenus de leurs commerces tout en recevant des minima sociaux

Carmen V. et Denise G., deux prostituées paloises plus connues sous le nom de Sandra et Dadou, ont été condamnées ce jeudi après-midi, par le tribunal correctionnel de Pau, à quatre mois de prison avec sursis.

Le procureur avait requis six mois de prison avec sursis.

Elles étaient poursuivies pour n'avoir pas déclaré les revenus tirés de leurs commerces, cela alors qu'elle recevait des minima sociaux. La justice reproche des faits de travail dissimulé et de nombreuses fraudes aux prestations sociales.

Conséquence de ces trop-perçus, l'Urssaf demandait 45 000 euros à Dadou et 67 590 euros à Sandra ; la CAF, 3 892 euros à Dadou, et 8 116 euros à Sandra.

Au final, Carmen V.devra régler 9 000 euros à la CAF et 800 euros à la CPAM, et Denise G., 3 000 euros à la CAF et 3 000 à la CPAM. Le reste des remboursements (RSI, Carsat) sera calculé lors d'une prochaine audience sur les intérêts civils.

Les propriétaires des logements où Sandra et Dadou exerçaient leur activité, ont pour leur part, été condamnés à trois mois ferme et deux mois avec sursis, pour proxénétisme passif. Ils tiraient profit des revenus des prostituées.

#URSSAF

Article le plus lu
Articles récents